IMG_7865_edited.jpg

Qu'appelle-t-on la pleine conscience ?

Chacun d'entre nous possède en lui des capacités d'attention et de concentration précieuses. Grâce à elles, il nous est possible d'être conscient de notre environnement, de notre corps, de nos pensées et de nos émotions.

Cette attention à tout ce qui se déroule dans nos vies est par essence disponible à chaque instant, au moment où nous sommes, à l'endroit où nous sommes, autrement dit, dans notre présent.

C'est cette capacité à être et à rester attentif aux expériences de notre présent que l'on appelle la pleine conscience, également nommée la présence attentive (Mindfulness en anglais).

Pourtant, sous les effets oppressants de la vie moderne, il arrive parfois que notre conscience innée nous échappe. Notre attention à la réalité du présent laisse progressivement la place à une multitude de réactions automatiques: les ruminations sur le passé, les angoisses sur l'avenir... Ces réactions automatiques s'accélèrent en même temps que le rythme de notre vie, et feront bientôt le berceau du stress, de l'anxiété et de multiples souffrances.

Comment la méditation de pleine conscience peut nous aider ?

Être en pleine conscience, c'est être au présent, dans la reconnaissance et l’observation des évènements qui se déroulent dans nos vies, qu'ils soient agréables ou non. Reconnaitre nos peurs, nos joies, nos défaillances et nos victoires, telles qu'elles sont, pour ce qu'elles sont: des expériences dans nos vies. Reconnaitre la présence de ces expériences nous permet de les accueillir, plutôt que de les fuir ou les ignorer. Et c'est finalement cette capacité d'accueil qui est le point de départ de la guérison.

Pour nous aider à retrouver notre pleine conscience, la méditation regroupe un ensemble de pratiques et d’exercices qui, lorsqu’ils sont effectués régulièrement, nous guident vers une reconquête de notre conscience et de notre autonomie: le pratiquant est ainsi invité à s'accueillir tel qu'il est, dans un espace de liberté retrouvée: Liberté d'être, de penser et de ressentir les choses au moment où elles se passent, plutôt que de sans cesse anticiper, prévoir, regretter, perdre pied...

En effet, c'est en développant notre capacité à reconnaitre nos moments d'inconscience (pilotes automatiques, vieilles habitudes, peurs récurrentes...) qu'il devient alors possible de les laisser au bord du chemin, et d'avancer vers une vie guidée par des actions engagées, choisies plutôt que subies: une vie pleine de sens.

Ainsi, pas après pas, jour après jour, la pleine conscience nous reconnecte avec notre corps, nous invitant à l’accepter tel qu’il est, et à avoir une meilleure conscience des signaux qu'il nous envoie.

La pleine conscience nous invite aussi à prendre du recul vis-à-vis de nos pensées et de nos émotions. En nous rendant plus présent aux agitations de notre mental, elle nous amène à prendre des décisions mieux adaptées à ce que nous sommes.

En quelque sorte, la pleine conscience nous rappelle que nous sommes la meilleure personne apte à prendre soin de nous-même…

Comment méditer ?

La méditation de pleine conscience peut se pratiquer assis, debout ou même en marchant, au travail ou dans son jardin, seul ou à plusieurs. Ces pratiques peuvent être très formelles (méditation assise, scan corporel...) mais aussi très libres, à intégrer dans les gestes quotidiens de notre vie. Elles sont également laïcisées et accessibles à tous.

Il n’y a ni bonne ni mauvaise façon de pratiquer.

Seule l’intention compte.

Save0008bis.jpg

Il arrive parfois que le simple mot « méditation » évoque en nous une image de Bouddha méditant assis dans la position du lotus, baigné de fumée d’encens et de musique tibétaine. Même si ce genre de situation est susceptible d’exister, la pleine conscience laïque ne requiert aucun apparat de cet ordre, aucune croyance ni religion particulière.

Les séances de méditation s’articulent cependant autour de quelques règles fondamentales, essence de la pleine conscience: le respect de soi-même et des autres, le non-jugement, la confiance et la patience, la curiosité et le lâcher-prise. Les séances commencent le plus souvent par un temps de retrouvailles et d’échanges entre les participants, suivi d’une méditation guidée par l’instructeur, puis à nouveau un temps d’échanges sur les expériences vécues en séance. C'est de cette alternance de pratiques et de dialogue que notre propre conscience  refait surface et reprend ses droits.

Il appartient à chacun de choisir de s’y engager, chacun à sa manière, avec ses propres moyens et sa motivation. Aucun effort n’est vain en pleine conscience, rien n’est insuffisant, rien n’est raté ou anormal. Tout ce qui est là est à accueillir. Seule compte notre conscience de ce qui est juste là, sur le chemin de notre vie...